Les menstruations douloureuses sont un trouble gynécologique qui touche environ 30 % des femmes en âge de procréer. Mais avant d’expliquer pourquoi surviennent les douleurs menstruelles, ou la dysménorrhée en termes médicaux, nous donnerons trois faits qui peuvent encourager les femmes qui en souffrent chaque mois : cela s’améliore avec l’âge, cela s’améliore généralement après avoir eu des enfants et il existe des traitements efficaces pour le soulager.

Pourquoi les règles font souvent mal

Chaque mois, la muqueuse de l’utérus à l’intérieur (appelée endomètre) se développe pour former un « lit » dans lequel l’œuf nichera s’il est fécondé ; S’il n’y a pas de fécondation, l’endomètre est éliminé et expulsé du corps. Cela se produit grâce à la sécrétion de prostaglandines, substances chimiques qui contractent l’utérus, et ces contractions, similaires à celles de l’accouchement, bien qu’ayant une intensité variable, peuvent être douloureuses.

Bien que la plupart du temps il n’y ait pas de maladie qui provoque des douleurs menstruelles (dysménorrhée primaire), il existe certaines pathologies qui les aggravent (dysménorrhée secondaire). La plus courante est l’endométriose, dans laquelle l’endomètre, qui dans des conditions normales ne devrait se développer qu’à l’intérieur de l’utérus, s’étend à l’extérieur de celui-ci.

Quelques jours avant le saignement, les femmes peuvent commencer à remarquer une série d’altérations physiques et psychologiques. Tant la durée que l’intensité de celles-ci, légères ou très intenses, sont variables et dépendent de chaque femme. Parmi les altérations physiques, il y a la douleur, généralement semblable à des crampes, dans le bas-ventre et parfois dans le dos.

Aussi des nausées et des vomissements, de la diarrhée, un ventre gonflé ou des maux de tête. Sur le plan psychologique, vous pouvez ressentir de la fatigue, de la tristesse, de l’anxiété ou de l’irritabilité. Lorsque ces symptômes suivent le même schéma chaque mois, le médecin peut le diagnostiquer comme un syndrome prémenstruel.

Comment apaiser les douleurs des règles

Il existe plusieurs traitements pour la dysménorrhée :

Les médicaments en pharmacie

Anti-inflammatoires, comme l’ibuprofène : Ils sont très efficaces pour réduire la douleur, surtout s’ils sont commencés dès l’apparition des premiers symptômes et se poursuivent régulièrement pendant deux ou trois jours. Dans notre formulaire, nous avons Ibudol au format stick pack, très confortable à transporter dans votre sac ou votre sac à dos.

Contraceptifs hormonaux : Lorsque des douleurs intenses sont fréquentes pendant les règles chez la femme, le médecin peut prescrire ce type de traitement. Ils peuvent être administrés de différentes manières : pilules, patchs, anneau vaginal, implant sous-cutané, dispositif intra-utérin (DIU). Les contraceptifs hormonaux amincissent l’endomètre, où sont fabriquées les prostaglandines. Ainsi, les contractions utérines, les saignements menstruels et la dysménorrhée diminuent.

Autres traitements

Exercice physique : Les preuves scientifiques ne sont pas concluantes, mais il est possible que l’exercice physique régulier réduise les règles douloureuses.

Chaud : L’application de chaleur sur le bas du ventre – avec une bouillotte, un coussin chauffant ou un patch – selon les besoins a été démontrée dans plusieurs études pour soulager les douleurs menstruelles et les contractions.

Solutions naturelles et alimentation : Plusieurs régimes alimentaires, vitamines et remèdes à base de plantes ont été étudiés pour soulager les douleurs menstruelles, mais les recherches sont insuffisantes pour recommander presque une telle thérapie.

Le yoga et l’acupuncture semblent également être bénéfiques, mais encore une fois, d’autres études sont nécessaires pour le confirmer.

Electrostimulation nerveuse transcutanée (TENS) : Elle consiste à appliquer un petit courant électrique à travers des électrodes sur la peau, près de la zone douloureuse. Il est moins efficace que les anti-inflammatoires et les contraceptifs, mais il peut être utile chez certaines femmes qui ne veulent pas ou ne peuvent pas prendre ces médicaments.

Si, malgré l’utilisation de ces traitements, les douleurs menstruelles sont toujours très intenses, il est possible qu’il y ait une maladie qui les provoque, il sera donc nécessaire de réaliser des tests de diagnostic. Bien que cela soit rare, la vérité est que la grande majorité des femmes, avec un traitement approprié, pourront continuer à mener une vie normale sans que les douleurs menstruelles ne les limitent.

Article précédentFatou SARR, figure du féminisme africain
Article suivantFashion Week à Dakar : une explosion de beauté et de couleurs sous les baobabs