Les élections présidentielles auront lieu au Sénégal le 24 février 2019. Le résultat des élections est prévisible sur un point : un homme devient président. Pourquoi est-ce le cas et comment renforcer la situation des femmes dans la politique sénégalaise ? La Fondation Heinrich Böll à Dakar et notre partenaire en ont discuté avec des politiques et des sénégalais à Dakar.

Un point d’histoire sur l’absence de femmes aux hautes fonctions politiques

L’absence de femmes aux hautes fonctions politiques au Sénégal a une longue histoire.

Dans la société sénégalaise traditionnelle, la politique était presque exclusivement réservée aux hommes, même si les femmes étaient toujours présentes dans ce domaine.Avant l’ère coloniale, il y avait des exceptions pour les femmes qui étaient directement actives en politique. Les histoires de souverains et de reines tels que Biram Yacine Boubou (XVIIe siècle), Ndatte Yalla et Djembeut Mbodj (tous deux au début du XIXe siècle) sont chargé de légendes.Par la suite, les femmes ont joué un rôle important dans les campagnes électorales menées par des parents de sexe masculin.

Par exemple, Lamine Guèye a compris très tôt comment gagner des femmes en tant que soutiens de campagne. Guèye a été élu premier maire noir de Saint-Louis en 1925, principalement grâce à la mobilisation des voix des femmes. À ce jour, les femmes se mobilisent en masse derrière les hommes, qui occupent alors seules les fonctions politiques. Pendant longtemps, le rôle des femmes s’est limité à donner vie à la fête avec leurs applaudissements et leurs danses.

En 2000, une femme s’est présentée comme candidate pour la première fois

Lors de l’élection présidentielle de 2000, une femme s’est présentée comme candidate pour la première fois dans l’histoire politique du pays. Marième Wane Ly, secrétaire générale du Parti pour la Renaissance Africaine PARENA (Parti pour la Renaissance africaine), a toutefois retiré sa candidature par la suite. Lors des élections de 2012 il y avait deux candidats, la designer Diouma Diakhaté et le professeur Amsatou Sow Sidibé. Ensemble, ils n’ont obtenu que 0,31 % des voix.

Trois femmes étaient candidates aux élections en cours, mais ont échoué en raison d’une nouvelle réglementation de la législation électorale, le « parrainage » (règlement des cercles de soutien). Ce règlement exige qu’une personne reçoive le soutien de 0,8 % de l’électorat, soit 52 000 personnes dans au moins sept régions du pays, afin de se présenter aux élections.

L’une des trois cours suprêmes, le Conseil constitutionnel, doit confirmer la liste des partisans avant qu’une personne ne soit admise comme candidat à la présidence.Les Sénégalais n’auront donc le choix qu’entre des hommes différents dimanche prochain, même si les femmes représentent la moitié de la population.

Obstacles institutionnels

Il est intéressant de noter que le Sénégal a une Politique d’égalité. En 2010, une loi sur la parité a été adoptée, qui donne aux hommes et aux femmes des chances égales d’accéder à des fonctions politiques élues. Il y a actuellement 43 % de femmes au Parlement. Dans le même temps, les obstacles auxquels se heurtent les femmes pour se présenter à la présidence sont presque insurmontables. Le règlement « parrainage » est particulièrement critiqué ici.

Lire aussi :  L'Assemblée nationale du Sénégal compte 73 femmes

En particulier, le règlement désavantage les personnes qui ne disposent pas de ressources financières suffisantes pour parcourir l’ensemble du pays et mobiliser des sympathisants.La présidente du Conseil sénégalais des femmes (COSEF) et observatrice au conseil constitutionnel Rokhiatou Gassama, note que de nombreuses listes de candidates ont été rejetées parce qu’elles n’étaient pas gérées correctement, que les noms avaient doublé, etc. C’est parce que les femmes n’ont aucun moyen de voter sur le terrain, de percevoir ou de payer suffisamment de personnes pour recueillir des votes à réaliser.

Selon Gassama, le règlement du « parrainage » n’a pas été suffisamment discuté et soutenu par les femmes de la société civile, surtout pas par les femmes politiquement actives.Compte tenu de la position faible des femmes dans la sphère politique, du manque de postes influents et d’accès aux ressources financières, il est d’autant plus important pour Gassama que les femmes discutent de la manière dont elles peuvent soutenir leur genre dans la campagne électorale.  « Il doit y avoir des fonds qui permettent de voyager dans le pays, il faut être crédible et ceux qui ont de l’argent ont de meilleures chances. Ce sont les hommes. C’est un problème. »

Amsatou Sow Sidibé, professeur et candidat aux élections présidentielles de 2012, le confirme également : « L’activité politique et les ressources financières vont de pair. C’est l’argent. Nous avons besoin d’une discrimination positive à l’égard des femmes, conformément à l’article 4 de la Convention des Nations Unies sur la Élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW). Cet article affirme que des mesures sont nécessaires pour permettre aux femmes d’atteindre l’égalité. »

La politique comme bastion de la masculinité

Les obstacles institutionnels auxquels se heurtent les femmes en politique reflètent un problème plus profond : le caractère masculin de l’espace public. Dans la société sénégalaise, les femmes sont orientées vers la sphère privée. Dans les institutions importantes de la société sénégalaise, les femmes et les hommes opèrent dans un ordre établi, qui n’est toujours pas remis en question aujourd’hui. Il est donc difficile d’inclure les femmes dans la politique.

Sidibé explique : « Nous, les femmes, nous avons la sphère privée : donner naissance à des enfants, s’occuper des enfants, garder la maison en ordre, prendre soin des autres, etc. Lorsque nous entrons dans l’espace public, qui est réservé aux hommes, une bousculade survient parce que Les hommes sont déjà là, ils s’y sont déjà établis, et ils ont déjà du pouvoir ».

En fait, la pratique culturelle et l’organisation sociale sont basées sur un système patriarcal qui ne permet pas aux femmes de devenir facilement des citoyennes responsables qui participent à la construction et au progrès socio-économique de leur pays de manière égale. Certaines femmes sont tellement façonnées par ce système qu’elles consolident elles-mêmes les inégalités, explique Sidibé : « Les femmes elles-mêmes refusent de soutenir les femmes, un rôle de leadership féminin. » 

Les femmes sénégalaises continuent d’endurer l’autorité et la domination des hommes, quels que soient leur âge et leur statut social, tant dans les espaces privés que publics (politiques). C’est également ce qu’affirme Ndèye Guèye Cissé, membre de l’exécutif du parti démocratique sénégalais et ancien membre du parlement, actuellement vice-président du Conseil régional de Kébémer (Nord du Sénégal) : « Nous vivons dans un pays où l’autorité des femmes n’est pas encore acceptée, même si nous avons eu des femmes jouissant d’une grande autorité dans le passé. »Cela est également confirmé par Rokhiatou Gassama : « Nous sommes en 2019, mais à ce jour, il y a peu d’acceptation pour une femme en tant que leader. »

La suprématie des hommes, notamment en politique, se reflète également dans l’organisation des partis et des campagnes électorales. Selon Cissé, il existe peu de partis où les femmes occupent des postes importants ou ont des responsabilités. Les femmes sont souvent utilisées pour mobiliser des voix sur des affiches ou des événements électoraux et pour préparer le terrain des partis. Toutefois, les postes de décision sont presque exclusivement occupés par des hommes. Pour le dire avec désinvolture, les femmes soutiennent les dirigeants masculins de leurs partis et ralentissent leur action.

Lire aussi :  Aminata Touré : « La démocratie est la meilleure amie des femmes »

Un regard vers l’avenir

UN Un changement des attitudes sociales est donc une étape importante pour attirer davantage de femmes dans la politique sénégalaise. Les écoles et les médias peuvent jouer un rôle important en montrant un plus grand nombre de femmes occupant des postes de responsabilité afin de normaliser l’image des rôles de leadership féminins.Mais les femmes elles-mêmes doivent également travailler sur leur confiance en elles et, surtout, réseauter les unes avec les autres afin de se rendre indépendantes des hommes.

Ndèye Guèye Cissé se demande : « Nous nous dirigeons de plus en plus vers l’égalité dans les diplômes, dans la formation, et même dans les carrières politiques. Mais pourquoi faut-il toujours avoir un homme comme entraîneur en tant que femme ? »

Amsatou Sidibé confirme : « Les femmes sont souvent parrainées et soutenues par un homme. Les femmes sont rarement conscientes de leurs capacités personnelles. » C’est pourquoi les femmes doivent s’organiser afin de créer plus d’opportunités au sein des partis. et en fin de compte de promouvoir davantage de candidates à la présidence.

Les organisations de défense des droits des femmes doivent se battre aux côtés des femmes politiques.Un lent changement des attitudes sociales se profile à l’horizon. Les femmes sont de plus en plus visibles au niveau local et au Parlement, elles dirigent désormais des groupes parlementaires qui s’occupent de questions importantes pour la population (éducation, santé, eau, etc.).

Toutefois, il reste encore beaucoup à faire en ce qui concerne les hautes fonctions politiques. Néanmoins, de nombreuses femmes au Sénégal sont optimistes. Lorsqu’on lui demande si une femme va gouverner le Sénégal à l’avenir, un jeune passant répond : « Oui, pourquoi pas moi ? »

Article précédentSalimatou Baldé Diallo, la femme qui a supervisé l’atterrissage du 1er avion à l’AIBD
Article suivantLes meilleures applications de suivi des règles en 2022