La cuisine sénégalaise a fortement été influencée par les traditions culinaires maghrébines, françaises et locales. C’est un beau méli-mélo de saveurs, au service d’une carte riche et variée qui ravira les papilles. Voici quelques plats traditionnels que vous ne pouvez pas quitter le Sénégal sans essayer.

Thiéboudienne

Prononcé « cheb-o-jen » et souvent appelé chebu jen, ceebu jën ou simplement tcheb, la thiéboudienne est le plat sénégalais par excellence. Se traduisant littéralement par « poisson avec du riz » en wolof, le plat national du Sénégal se présente sous toutes les formes et toutes les tailles avec des recettes et des techniques variante d’une famille à l’autre.

À la base : un morceau de poisson blanc local frit ou grillé, du riz assaisonné moelleux et une sauce tomate riche en saveur, accompagnés d’une phalange variée de légumes cuits à la vapeur tels que carottes, patates douces, manioc, aubergine et un tamarin aigre-doux appelé dakhar.

Thiéboudienne

Originaire de la ville de Saint-Louis, dans le nord du pays, ce repas copieux et peu coûteux est devenu un pilier des menus sénégalais côtiers, tandis que son cousin charnu, le ceebu yapp, a tendance à être trouvé plus à l’intérieur des terres. Comme pour de nombreux plats traditionnels, le meilleur tcheb se trouve souvent dans les restaurants familiaux plus petits et plus minables où les prix peuvent être aussi bas que 1 500 CFA.

Mafé

Dans les années 1960, le Sénégal exportait près d’un quart des arachides mondiales. Aujourd’hui, ce chiffre est d’environ un pour cent, mais l’humble cacahuète domine toujours l’agriculture sénégalaise et est vendue dans des sacs et des bouteilles recyclées à presque tous les coins de rue. Pas étonnant donc que ce soit l’ingrédient principal de l’un des plats les plus appréciés du Sénégal : le mafé.

Lire aussi :  Comment préparer du bon Thiéboudienne ?

Généralement composé de bœuf, mais parfois d’agneau, de poulet ou de légumes, le mafé est un ragoût épicé à base de tomate et de cacahuètes moulues. Servis avec du riz, les variantes du mafé sont courantes en Afrique de l’Ouest, mais la version sénégalaise a tendance à être plus épaisse, plus grasse et plus riche en saveur. Cela peut ne pas sembler grand-chose, mais laissez vos papilles gustatives juger – à environ 2 000 CFA, votre portefeuille sera également très heureux.

mafé

Dibi

Vous sentez un bon barbecue avant de le voir et dibi n’est pas différent. L’odeur grésillante de la viande fumée remplit l’air alors que l’agneau (et parfois une autre viande) est assaisonné et rôti sur de grandes grilles au feu de bois, avant d’être coupé en morceaux et servi en petits morceaux sur du papier taché de graisse. Nappé d’oignons grillés dans une sauce piquante à la moutarde et souvent accompagné d’alokko (plantain frit), d’attieké (couscous de manioc) ou de frites, le dibi est l’équivalent sénégalais d’un kebab turc sans toutes les bêtises de la salade.

Commandé au kilo et servi sur de grands plateaux à partager sans couteau ni fourchette en vue, le dibi est un favori parmi les groupes de Sénégalais, qui prennent un plat à emporter dans leur dibiterie locale ou dînent dans des restaurants spécialisés de dibi tels que Seoul 2 et Xhorbi à Dakar, où quelques kilos ne dépasseront pas 6 000 CFA.

Lire aussi :  Comment préparer du bon Thiéboudienne ?

Yassa poulet / poisson

Les restaurants sénégalais qui ne servent pas de yassa sont rares. Concoction simple mais délicieuse de jus de citron, d’oignons caramélisés et d’ail (et parfois de moutarde), le yassa est omniprésent au Sénégal. Le plus souvent servi sur du poulet ou du poisson accompagné de riz, le yassa a également infiltré la scène de la cuisine de rue avec des vendeurs vendant des baguettes fourrées au yassa dans les stades de football, les ronds-points et les plages.

Thiof

Le Sénégal regorge de friandises de l’Atlantique. Des crevettes (crevettes), huîtres (huitres) et oursins (oursins) au thon (thon), dorade (dorade) et lotte (lotte), le Sénégal côtier est le paradis des amateurs de fruits de mer. Cependant, une prise se démarque des autres : le poisson national du Sénégal, le thiof.

Mérou blanc, le thiof est le nom wolof utilisé par les pêcheurs Lébou du nord de Dakar, qui ont longtemps vécu de ce poisson emblématique. Gros poisson blanc charnu qu’il vaut mieux servir grillé (sur la plage) ou farci d’épices et de légumes (au restaurant), le thiof peut aussi faire son apparition dans la thiéboudienne « ultime du Sénégal ». Bien que généralement le poisson le plus cher du menu (environ 6 000 CFA ), le thiof est le double de la taille de la concurrence et peut facilement remplir deux estomacs. Dirigez-vous vers l’île de Ngor pour certains des plus frais et des moins chers de Dakar.

Article suivantComment préparer du bon Thiéboudienne ?